Au marché, y a des surprises !

IDENTITÀ

Féminin
MESSAGES : 14
P.A : 15

FEAT : Aoshiki
METIER : Dompteuse de tigre
☽ acrobat


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



Rose admirait un joli bouquet de tulipe, provenant d'un vendeur du marché. La jeune demoiselle n'était pas intéressée par les fleurs, mais elle appréciait beaucoup la couleur présentée. Lui donnant quelques inspirations pour un éventuel nouveau costume de scène. Depuis qu'elle est à Venise, elle porte toujours l'ancien qu'elle avait et il fallait avouer qu'un peu de nouveauté dans son apparence ne pourrait pas faire de mal. Poussant un léger soupir, elle se détourna de cette petite image pour s'intéresser aux autres stands présents sur le marché. Passer un peu de temps hors du cirque lui faisait parfois du bien, elle appréciait y voir du monde. « Saleté de co... »

Bien que la demoiselle ait du mal à apprécier les enfants et les personnes qui lui marchent sur les pieds. Le démontrant après une énième bousculade, elle repoussa volontairement le jeune homme avant de partir. Ne faisant pas attention à ses protestations qui se fondirent dans le bruit de la foule.

Au final, la dompteuse de tigre fini par s'intéresser à une partie du marché un peu moins peuplé. Bien entendu les stands de vêtements fashions ou bien de fruit et légumes avaient fini par disparaître pour laisser place à des stands de savon ou de parfum par exemple. À côté d'un vendeur de viande cuite ... Elle le regarda quelques secondes interloqué, regardant le cochon entièrement cuit exposé en plein air.

« Beurk ... Voilà bien quelque chose que je n'achèterais même pas pour mes chatons. »

Elle s'en détourna dans l'idée d'aller voir un peu plus loin. Lui ayant semblé voir un stand de sac à main. Seulement elle se retrouva une nouvelle fois bousculé par quelqu'un, alors même qu'il y avait moins de monde. Cachant son agacement, la jeune blonde se contenta de lancer un sourire d'excuse. Elle avait peut-être mauvais caractère par moment, mais pour une fois que c'est de sa faute, elle n'allait pas engueuler l'autre personne quand même.
Ce post a été écrit dans le sujet « Au marché, y a des surprises ! » le Lun 17 Sep - 11:14.


Invité
IDENTITÀ

Invité


avatar

Le contacter?







✖ THISISMYFAMILY✖
« with big chocolate muffins and sweet heart. »

Elle arrangea la dernière mèche dans ses cheveux, la tournant autour de son index. Dans son dos, se tenait la compagnie chez qui elle travaillait. Il était rare qu'elle quitte de sitôt, mais aujourd'hui, il n'y avait rien, rien. C'était vide, tout le monde s'emmerdaient et comptaient les minutes. Monsieur Morreti et ses subordonnés avaient même quitté à l'heure du diner ce qui faisait d'elle maintenant la meneuse. Une meneuse plutôt pressée de prendre ses clics et ses clac et de faire retentir ses talons à une autre place. Elle avait aperçu les autres la fixer, elle avait regardé du dixième étage les voitures quitter et sans une seconde de plus, elle pris les clés et annonça sur la ligne générale que pour aujourd'hui, c'était fini. Ça lui avait pris moins de trente secondes pour prendre cette décision. Et puis, le boss l'avait dit lui-même, qu'elle laisse dont les appels sur la boite vocale, ce serait moins de trouble et surtout, ça ferait un après-midi de congé (payé, ce qu'il ne savait pas) pour tout le monde. Elle avait simplement piratée le système de son ordinateur, complétant les informations et enregistrant tout le monde à 5 h 00 comme heure de fin. Tout le monde glisse leur carte dans la fente de sortie et en un clic, tout fut compléter. Elle savait pertinemment ce que son patron était parti faire, alors, pour finir le tour, elle laissa un message pour la femme de celui-ci. Madame Moretti croyait vraiment que Calliope était de son côté, lui citant tous les faits et geste de son mari, mais cela faisait déjà plus de deux ans qu'elle était au courant des parties en l'air de son boss. Fallait pas être conne...

Marchant, elle réfléchissait, brièvement. Qu'est ce qu'elle pourrait dont faire à manger? Il n'y avait plus rien à manger, quoi qu'il n'y avait jamais vraiment grand-chose. Elle remarqua un pli sur sa jupe cigarette qu'elle s'empressa de replier de la main, mais que faire. Elle se regarda brièvement dans un morceau de miroir brisé sur le sol, ses longs cheveux roses tombant en ondulant sur son corps. Elle retira de ses longs doigts une mèche de cheveux sur sa chemise et regarda par la fenêtre d'un restaurant. C'est vrai, les pâtes ça ne coutait jamais vraiment cher et pas mal tout le monde les appréciaient à leur juste valeur. Souriant, elle tourna rapidement sur ses pas. Le marché se voyait près de 20 mètres plus loin et connaissant déjà les meilleurs stands, elle se pressa vers la gauche et prit la petite allée tout au fond de celui-ci. Les étalages de pâtes se coinçaient les uns sur les autres. Installée droite devant ceux-ci, elle remarqua les boucles à sa gauche.

« Je vais prendre 2 kilos de boucles s'il vous plait. Vos pâtes sont les meilleurs par ici monsieur. »

Un hochement de tête, il remplit le sac fixant de temps en temps la demoiselle si mince qui venait quand même de lui demander deux kilos. Deux kilos, quand même. Avant même qu'il lui pose la question, elle pris les devant.

« J'ai de la famille qui mange ce soir, mes oncles, mes tantes. On va être quand même beaucoup. Savez-vous qui ici vends les meilleures tomates ? »
« Après la section pour vêtement, il y a Giottoni, vous allez surement le remarquer, il est énorme, mais ces tomates sont les meilleurs, mais personne ne le sait vraiment, il y a peu de monde qui sont assez motivés à faire tout le long du marché.»
« Merci bien. »

Elle sortit un sac de toile de sa sacoche. Celle-ci rempli à rebord semblait être sur le point de dire ses adieux. Calliope fouilla rapidement dans son porte-feuille remettant la somme demandée au marchand et fourrant le sac de pâte dans le tissus rose bonbon.

Elle s'arrêta plusieurs fois lors de sa course aux tomates dans différents stands. Le premier fut celui des épices, où les odeurs les plus fortes se mélangeait à de douce et merveilleuse odeur. La viande haché, le jambon, quelques poitrines de poulet furent suivi de farine, cacao, œufs et de l'huile. Son sac lui pesait sur l'épaule, mais elle ne pouvait pas quitter maintenant. Il restait encore les légumes et les tomates. Et pour elle, une sauce aux tomates n'en était pas une sans les oignons, les champignons et les autres merveilles qui la complétait. Elle suivait toujours la recette de sa mère comme dans un livre ouvert. Elle se souvenait de chaque ligne, de chaque ingrédient que sa mère exploitait. C'était les rares fois où sa mère était celle qui se trouvait devant les fourneaux. La seule fois. Et c'était probablement pour Calliope un des meilleurs soupers qu'il soit. La sauce fumait sous son nez et les bonnes odeurs se mélangeaient gracieusement. Son trajet presque fini, elle aperçue à sa gauche une boutique de sac à main. Un coup d’œil rapide au contenu de son porte-feuille, encore très rempli, fut assez pour la conquérir. Elle essaya de passer entre deux personnes, apercevant des sacs de tissus dont elle s'empara de deux. Le sien était lourd et elle doutait merveilleusement de sa force. Encore un kilo de plus et il craquait. Une dame bien plus petite qu'elle la poussa brusquement, et Calliope rentra dans l'autre acheteuse derrière elle. Orgueilleuse comme elle est, elle poussa la petite dame devant elle.

« Non, mais ça va pas espèce de bécasse ! Quand vous voulez quelque chose et que quelqu'un se tient devant, y'a des mots comme « Est ce que vous pourriez me laisser passer S'IL VOUS PLAIT » qui existe ? Votre mama ne vous a donc jamais appris les bonnes manières ?! La mienne me les a appris tout comme dire aux vieilles dames que les jeunes aussi on droit à un minimum de respect. Est ce que vous auriez payée tout le contenu de mon sac si il serait tombé par VOTRE faute ? »

Les mains sur les hanches, tenant fermement le sac, elle claque la langue dans son palet. Reprenant son souffle, ses yeux brillent légèrement, les gens arrêtant finalement de la fixer. Les paroles, elle les a sur le bout de la langue. Calliope se retourne, se penche légèrement vers la personne qu'elle a bousculer un doux sourire aux lèvres.

« Je m'excuse aussi de vous avoir bousculé, c'est aussi de ma faute. »

Souriant brièvement, elle se gratte la nuque, posant son sac de toile sur le sol. Elle étire sa nuque, la faisant craquer légèrement. Pas facile, c'est vraiment pas facile.

code by shiya.


Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Au marché, y a des surprises ! » le Lun 17 Sep - 16:44.



Page 1 sur 1 ? ?

Au marché, y a des surprises !


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DARK WOOD CIRCUS; :: VENISE :: Marché-