Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Forget the past, destroys memories live your present and create your future

Invité
IDENTITÀ

Invité


avatar

Le contacter?






Haru A. Akufukö

feat Taïwan de Axis Power Hetalia
Qui voit le monde sent l'origine


NOM&PRÉNOM: Haru Akuma Akufukö
AGE: 21 ans
LIEU DE NAISSANCE: Kyoto, Japon
ORIGINES: Japonaise
ORIENTATION SEXUELLE: Bisexuelle
STATUT: Célibataire
PROFESSION: Aucune
GROUPE: Civils


On dit tous qu'on peut changer, mais qui l'a déjà fait ?

Song 01 ; Être un être humain c'est être incomplet
Spoiler:
 

On a tous des faiblesses. On a tous des points forts. On a tous à un moment, au moins une fois dans notre vie, choisit la facilité. Pour certain, rien n'a changé, pour d'autre, tout a basculé. Je fais partit de ces misérables personnages. Si j'étais dans un livre, je serais le personnage que tout le monde méprise pour sa faiblesse mais qu'on aime juste parce qu'elle est étonnamment positive. Oui, je suis comme ça. Je suis faible, je ne peux pas le nier, n'importe quel abrutit s'en rendrait compte. Mais je ne m'apitoie pas sur mon sort, loin de là, je hais qu'on ait pitié de moi. Alors, je souris, je rigole et je reste toujours joyeuse. Je ne me plains jamais, je reste compréhensive et à l'écoute et je ne me mets jamais en colère. Quelle farce. N'importe quelle personne censée se rendrait compte que je joue une pitoyable comédie, mais non, personne n'arrive à voir au travers de mon masque de Pierrot. Je déteste qui j'étais, je méprise ce que je suis, et j'haïrais probablement ce que je serais. Pourquoi suis-je comme ça ? Parce que contrairement à vous, qui vivez dans le dénie le plus total, moi, je sais. Je sais une grande partit de la vérité. Médium ? Voyante ? Loin de là, par pitié je ne crois guère à ces sornettes ! Non, mais chacun d'entre nous à une faculté spéciale, un don, qu'il exploite plus ou moins. Je fais partit de ceux qui peuvent analyser le monde, les êtres qui l'habitent, n'importe quoi, ou plutôt n'importe qui, tant que c'est "humain". Âge, sexe, orientation sexuelle, trame du passé, manière de pensée, goûts et dégoûts, plein de petites choses qui forment un tout. Je suis incapable de mettre une identité sur une personne, cependant. Mais... De toute façon, je m'en fiche, c'est tellement amusant, de tout savoir. Amusant ? Non, frustrant en fait. Frustrant de ne plus être surprise, frustrant de se sentir différente, frustrant que personne ne puisse deviner qui moi je suis. Alors, derrière mon masque de gamine, je rejette tout. Faculté, passé, monde et tout ce qui l'habite. Je suis seule, je veux être seule, ça me suffit. A qui ferais-je croire ça ? On est jamais bien lorsqu'on est seul. Mais je m'en fiche, je jouerais autant qu'il le faudra, tant qu'on ne découvre pas qui j'étais mais bien qui je suis, maintenant. Tant que mon masque de Pierrot ne tombe pas, je serais en sécurité. Mes faiblesses ? Le sucre. Le sucre et les livres. Dear, j'adore ça, j'en raffole ! Bien que je ne mange pas de livre, merci mais ça ne doit pas être très digeste... Je déteste l'épicé, par contre. C'est... Et bien... Et ben c'est épicé quoi. Et puis les chats. Je les adore, ils sont tellement mignons ! Que dire d'autres... Je suis gaffeuse comme pas deux, j'ai un très mauvais sens de l'orientation, autant de subtilité qu'un lance-grenade et je serais capable de recréer Tchernobyl en cuisinant. J'ai la trouille de... Hu... Des chiens, tient, et puis des éclairs, des petits espaces, des armes blanches, des avions et... Et... De plein d'autres trucs. Qu'est-ce qu'il y a derrière mon masque ? Il y a... Ton père, Luck. Ah ? Non c'est pas ça ? Désolé. Ahem, bref, derrière mon masque, il y a une moi plus gamine, encore, qui boude facilement, possessive, joueuse, qui ne connait rien à l'amour, gaffeuse, tête en l'air, rêveuse et qui adore par dessus tout les câlins. Et le sucre, faut pas oublier le sucre. M'enfin, c'pas comme si quelqu'un allait voir qui y'a derrière mon masque, mais enfin... L'espoir fait vivre, non ?

Song 01 ; End
Song 02 ; On peut tous se défendre, seule la manière change
Spoiler:
 

Les armes ? Irk, non merci, ce n'est pas du tout mon fort ! Je manie certes un tout petit peu certaines armes à feu - je vous jure que je ne suis guère une personne louche ! - mais ça s'arrête là. Alors qu'ai-je donc à dire ici ? Et bien si je ne sais pas me servir d'arme, ce n'est pas pour autant que je ne sais pas me défendre. Plus ou moins. Le corps à corps et moi ça fait bel et bien deux. On peut pas se blairer. Mais j'ai plusieurs atouts dans ma manche héhé ~ Le premier, c'est que je cours vite. Je cours même très vite. Plus vite que la moyenne. Très pratique lorsqu'on veut se sauver d'une personne... "Gênante". Et le deuxième c'est que... Et bien je ne sais pas pourquoi mais je suis très agile. Un peu comme... Oui, comme un chat. Je monte aux arbres, je passe souvent du temps à courir sur les toits et je retombe presque tout le temps sur mes pieds... Le premier qui dit que je suis anormale je le frappe. Je ne sais pas d'où je tiens ça, mais j'en suis bien contente, c'est toujours très utile !


Song 03 ; L'apparence est porteuse de jugement, ceux-ci sont d'ailleurs souvent faux
1 mètre 60 / Cheveux châtains foncés / Yeux bleus qui virent parfois au violet sans explication / Corps généreux / Porte exclusivement des tenues asiatiques et une fleurs dans ses cheveux.


Song 04 ; Oublie le passé, vit le présent, créer le futur


Track 01 ; In the morning, the bird flies.



Rouge.

Une couleur tellement prenante, avec tellement de déclinaisons. Une couleur qui n'inspire aucunement une émotion positive.

Peur.
Sang.
Mort.
Fin.

Tout était lié. Un oiseau n'a pas peur de ça. Un oiseau ne vit que pour sa liberté. Un oiseau ne vit que pour voler. Voler toujours plus loin. Voler toujours plus haut. Voir d'autres cieux, bleus, gris, mais jamais, jamais un ciel rouge ne traverse sa route.

Il ne faut jamais dire jamais...


C'est rouge. Ça fume. Ça sent le brûler. Il y a du rouge partout. Sur les murs, sur le sol, sur la route et dans l'air. Du sang, du feu, tout est mélangé. Qui y'a t-il à dire de plus si ce n'est que c'est un véritable massacre ? Rien. Aucune autre chose ne pourrait décrire ça. Un massacre sanglant, un carnage. Ce n'était pas humain. C'était monstrueux. Des morts ? Oui, beaucoup, une centaine, peut-être même plusieurs centaines. Des survivants ? Non. Aucun. Jamais quelqu'un n'aurait put survivre à ça.

Jamais... ?

Elle se tient devant la carcasse de ces deux personnes, les yeux écarquillés, baignés de larmes, ses bras pendant le long de son corps, ses genoux à même contre la terre. Elle ne comprend pas. Comment c'est arrivé ? Comment tout ça a t-il bien pu arriver ? Pourquoi tout simplement elle ? Comme si elle avait un déclic sur la situation, des larmes perlent sur ses joues. Elle pleure. Elle crie. Elle hurle. Elle souffre, brandissant haut et fort sa douleur à la lune et à son ciel étoilé étouffé par la fumée épaisse. Vite. Qu'on l'achève, maintenant, tout de suite, qu'elle ne continue pas à vivre après ça. Mais non, on est décidé à la sauver. On la sort des flammes malgré ses cris et ses protestations. L'être humain est content, il est satisfait, pensant avoir sauvé une vie d'une mort qu'elle n'aurait pas mérité.

Elle emmerde l'être humain.

Elle n'a rien demandé. Elle voulait juste crever. Une bonne fois pour toute. Elle ne voulait pas être seule. " Tu n'es plus seule" qu'on lui a dit. Foutaise. La prenait-on pour une idiote ? Juste parce que ce n'est qu'une enfant ? Ne sous-estimez pas un enfant. Un enfant comprend. Un enfant ressent. Un enfant n'est pas une poupée. On n'en fait pas ce qu'on veut. Arrêtez de faire des enfants un idéal de votre passé. Vous faites pitié. Un enfant n'est pas une marionnette. Ce n'est pas une machine à sourire. On lui a dit de tout oublier, de faire comme si rien ne s'était passé, comme si rien de tout cela n'avait jamais existé. On lui demandait d'effacer dix ans de sa vie ? Comme ça ? D'un seul souhait ? Vous croyez aux miracles ? Honnêtement ? Non, bien sûr que non. Nous ne sommes pas fous. Elle aurait voulu qu'ils prennent sa place, juste un instant, qu'ils ressentent sa douleur. On lui donnait étreintes, nourriture, vêtements et tout ce qu'il fallait pour lui faire oublier. Elle ne voulait pas oublier. Étaient-ils donc inhumains ? Oui, oui voilà, ils étaient tous inhumains, ce n'étaient que des monstres. On lui a conseillé de tenir un carnet, un journal, où elle pourrait écrire ce qu'elle voulait. Alors elle l'a fait.

Moi, à 11 ans,
Je rêve d'amour.
Je rêve de parents.
Je rêve d'une famille.
Je rêve de cette chose que tout enfant a.
Je rêve de cette chose que j'avais.
Et que plus jamais je n'aurais.
Ce jour là j'ai rêvé de la mort.
D'une mort certaine.
Douce.
Douloureuse.
Peu m'importait.
Du moment que je mourrais.
Et que je les retrouvais.

Moi, à 11 ans,
Je n'ai plus aucun rêve.
N'est-ce pas pathétique ?
Je n'ai pas d'espoir.
Pas d'imagination.
Pas de songe.
Je ne veux pas de tout ce qu'on m'offre.
Pourquoi être normale lorsque l'on peut-être différente ?
Parce qu'être différente peut parfois signifier tout perdre.
Et que même au pire criminel,
Même à la plus affreuse des personnes de ce monde,
Je ne souhaiterais pas ça.
Même à celui qui m'a sauvé ce jour-là.

Comment à 11 ans, peut-on écrire ça ? Ce n'était pas normal. Normal ? Mais l'était-elle seulement ? Bien sûr que non ! Mais pourquoi a-t-il fallut que personne ne comprenne ? Que l'on s'en rende compte trop tard ? Car tout était déjà joué. Le destin était scellé, et jamais rien ne pourrait le faire changer.

Ne vous ai-je donc pas dit qu'il ne fallait jamais dire jamais ?


Track 02 ; In the afternoon, a woman fights, madness dance.


Je me hais.

Au moins, c'est dit. Non, je ne me hais pas pour une raison particulière. En fait, je hais tout. Tout sur cette planète et ce qui la dépasse. Je m'appelle Haru. Haru Akuma Akufukö. J'ai 17 ans. 17 ans et toutes ses dents comme on dirait. Je vis en Italie. Non non, je ne suis pas métisse, je suis bel et bien une pure japonaise. Qui parle parfaitement Italien. Il y a sept ans, je partais en voyage pour l'Italie avec ma famille, étant fille unique, nous n'étions donc que trois. Ce n'est pas beaucoup. J'étais heureuse. J'avais une mère douce et attentionnée, un père travailleur mais chaleureux et blagueur. Tout c'était si bien passé, tout allait si bien. Oui, si bien. Trop bien même, visiblement. Croyez-vous en Dieu ? Moi non. Et s'il existait bel et bien, alors ce n'est qu'une belle enflure. Après tout, ne dit-on pas que Dieu a crée l'être humain à son image ?

Tout fut détruit.

Par une simple personne incompétente. Par un destin méticuleusement tracé. Par une malchance infinie. J'ai tout perdu. L'avion c'est crashé, provoquant une énorme explosion. Moi seule ait survécu. Cruel destin. Chanceuse ? Bon Dieu mais laissez moi rire ! J'en pleure de rire même ! Comment osez-vous appeler ça de la chance ! J'aurais préféré mourir ! Oui, il y a 7 ans, j'aurais préféré m'éteindre comme toutes ces personnes. Je ne me suis jamais bien intégrer dans l'orphelinat où je vis encore aujourd'hui, je n'ai pas d'amis, je ne les considère certainement pas comme une famille et encore moins comme des êtres chers. Plutôt rêver ouais. Je montre, j'affirme, j'exhibe même, le fait que je ne suis pas Italienne. Je porte des kimono, je prends soin de ma peau de neige si atypique. On me dévisage, on me méprise, ça me fait sourire. Que dis-je ? Ça me fait carrément rire. Oui, je suis étrangère, oui, je viens d'un pays lointain, oui, je suis différente, et non, je ne changerais pas. Pour rien au monde. Il y a sept ans, je me suis dis que jamais rien ne pourrais me faire changer. Que jamais ma haine envers l'espèce humaine ne partirait.

Le jamais est le contraire du toujours mais également son complément.

J'ai, pendant longtemps, cru que j'allais sombré dans la folie. Cette sombre et douce folie, si enivrante, si envoûtante, tellement tentante, tellement attirante pour ma pauvre âme égarée. Et pourtant, rien de tout ce à quoi je m'attendais n'est arrivé. Preuve : Je suis encore en vie. J'aurais pu me suicider. Il y a belle lurette. Mais que nenni, je n'en fis rien ! Parce que j'ai rencontré ce que l'on peut appelé mon "sauveur". Ça fait très dramatique vous ne trouvez pas ? Un peu guindé même. Mais c'est pourtant justifié. A toute âme perdue sauveur existe. Du moins c'est ce que je pense. Je me souviens très bien de ce jour. Il pleuvait des cordes, j'étais seule à l'orphelinat. L'anniversaire de mes treize ans et également l'anniversaire de la mort de mes parents. Je ne vous l'avais pas dit ? Et bien si, ce voyage était mon cadeau d'anniversaire. Je ne verrais plus jamais l'Italie sous le même angle croyez moi. Enfin bref. Ce jour-là, j'étais donc seule. Je regardais par la fenêtre de mon regard toujours aussi vide en pensant... Non en fait, je ne pensais pas, j'étais totalement... Vide. Plus d'âme, plus de coeur, plus de pensées. J'étais aussi bien déprimée que déprimante. J'étais insipide. Et puis j'ai entendu un bruit. Une espèce de fracas venant de la porte d'entrée. J'ai d'abord cru que c'était des voleurs et je me suis donc dis " Bah c'est pas bien grave... " mais il n'y a pas eu de suite au bruit. Alors je suis allée voir et je l'ai trouvée, allongé, par terre, baignant dans une flaque de sang qui s'agrandissait au fur et à mesure que le temps s'écoulait encore plus lentement que d'habitude.

J'étais jalouse.

Lui pouvait mourir, lui pouvait partir, moi je ne pouvais pas. En fait, si, je le pouvais, j'étais juste trop lâche pour y penser une seule seconde. Mes pensées se contredisaient mais j'ai finit par le traîner dans la salle de bain, toujours aussi vide, je l'avais fait presque par... Réflexe, c'était tellement étrange mais à la fois tellement intéressant tout ça. A vue d'oeil, il avait à peu près mon âge. Une chevelure plus sombre encore que la mienne et une peau tout aussi blanche. Il m'intriguait fortement. J'ai nettoyé le sang, tout de fois rassurée qu'il n'ait pas de plaie. Je ne sais pas d'où venait tout ce liquide rouge mais il y en avait en grande quantité. J'étais toute fébrile. L'odeur me serrait le coeur et je me retenais pour ne pas laisser les souvenirs refairent surface. Ce n'était pas le bon moment pour être faible après tout. Je l'ai déposé sur un canapé et je suis partie nettoyer le sang qu'il y avait par terre. Que me prenait-il, au juste ? Jamais je n'aurais fait ça normalement. La vie de cette personne m'aurait importée peu, je déteste l'être humain. Je n'en sais toujours rien mais je me rends compte que ce choix fut le plus mauvais de ma vie. Oui, cette personne était mon sauveur, oui, j'ai bien de la soigner, j'ai sauvé une vie. Tout ces gestes étaient finalement humains. Lui, il est différent, je ne pouvais m'arrêtée de fixer ce visage si particulier, tellement beau, tellement fin... Et puis il a ouvert les yeux. J'ai sentit une décharge électrique me remonter l'échine d'un coup. Il me regardait avec de grands yeux. De grands yeux en amande d'un étrange mélange. Tout deux dorés comme les cages des oiseaux du paradis, comme un doux rêve envoûtant. Elle aurait voulu plonger dedans sans jamais en ressortir.

En cours huhuhu ~


Citron, citron, citronnade ~


PSEUDONYME: Eden, Edou, Doudou, Pride, Envy, Lemon... Edentesdents, aussi... Et beaucoup, beaucoup, beaucoup d'autres.
AGE: 1290 ans.
DIRTY PASS: VALIDEY ragrr
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM: Partenariat d'un partenariat d'un partenariat d'un partenariat sur un forum où... Je ne suis même pas inscrite.
TES SUGGESTIONS: Du jaune, mettez du jaune, je VEUX du jaune, j'exige du JAUNE D8
AUTRE: Je suis un citron, le citron pique les yeux, je vais donc brûler la face du monde. Profond non ? troll

Ce post a été écrit dans le sujet « Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le Mer 19 Sep - 21:36.


IDENTITÀ

Féminin
AGE : 24
MESSAGES : 366
P.A : 53

FEAT : NAOTO FUYUMINE - Dogs bullets & carnage
METIER : Détective associée à la Police.
♒ Venetian


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



BOUUUH LA VIEILLEUH QUOI. BOUUUUH. /PAN/

Welcome here et merci d'avoir choisi DWC. Héhé. ♥
Pour la jaune, on va se débrouiller pour en avoir dans les versions prochaines, promiiis. 8D
(Puis y a les smileys en jaune là. èé)


Lacie coupe du bois à mains nues.
Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le Jeu 20 Sep - 22:12.


Invité
IDENTITÀ

Invité


avatar

Le contacter?




D'OU TU ME TRAITES DE VIEILLE GAMINE ?!? D8 //SBAFF//

Merci à toi pour ton accueil ~

Alors post-it à moi-même : Caractère/Physique/Défense fais, plus que l'histoire ~

Et annonce à ceux qui corrigent et tout les fifiches : J'ai une crève d'enfers et donc je sais pas si je finirais ma fiche à temps mais j'vais essayer o/
Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le Ven 21 Sep - 13:36.


IDENTITÀ

Féminin
AGE : 24
MESSAGES : 366
P.A : 53

FEAT : NAOTO FUYUMINE - Dogs bullets & carnage
METIER : Détective associée à la Police.
♒ Venetian


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



Merci moi qui ai zappé de répondre. Quelle mauvaise admine alors. D8

En tout cas, bon rétablissement pour ton rhume, je prends en compte donc ta situation. N'hésitez pas à venir donner des nouvelles sur l'avancement de ta fiiche. 8D



VIEIIIIILLEUUUUH. /PAN/


Lacie coupe du bois à mains nues.
Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le Jeu 27 Sep - 21:48.


IDENTITÀ

Féminin
AGE : 24
MESSAGES : 366
P.A : 53

FEAT : NAOTO FUYUMINE - Dogs bullets & carnage
METIER : Détective associée à la Police.
♒ Venetian


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



Yopla yopli. L'histoire est-elle toujours en cours?


Lacie coupe du bois à mains nues.
Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le Ven 12 Oct - 21:11.


IDENTITÀ

Féminin
AGE : 24
MESSAGES : 366
P.A : 53

FEAT : NAOTO FUYUMINE - Dogs bullets & carnage
METIER : Détective associée à la Police.
♒ Venetian


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



Seconde relance. La fiche est-elle toujours en cours ou bien terminée?


Lacie coupe du bois à mains nues.
Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le Jeu 18 Oct - 14:59.


Contenu sponsorisé
IDENTITÀ



Le contacter?




Ce post a été écrit dans le sujet « Re: Forget the past, destroys memories live your present and create your future » le .



Page 1 sur 1 ? ?

Forget the past, destroys memories live your present and create your future


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DARK WOOD CIRCUS; :: PRIMA DI GIOCARE :: Identificazione :: Refused-