L8R A699F

IDENTITÀ

Masculin
AGE : 38
MESSAGES : 9
P.A : 10

FEAT : Kohske.
METIER : Force de l'ordre.
Ϟ Carabinieri


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



    En fait, je suis fatigué.
    Et je ne me suis pas vraiment rendu compte quand j'ai eu en ma possession, cette lettre anonyme. Complètement faussée, que j'ai pensé au début. Une feinte bien pensée à la base, puis peut être un soupçon de doute. Ensuite, intéressante. La lettre est bien écrite, voire médiocrement polie. Ce n'est pas moi qui ai reçu la lettre, on me l'a confiée, comme d'habitude. Une lettre même pas ouverte directement envoyée à mon titre. Mais fatigué comme je suis, les neurones grillées à moitié, j'essaye de déchiffrer l'erreur. L'ultime merde qui ferait que je pourrais la jeter à la poubelle, une erreur de novice, quelque chose qui ne sauterait à l’œil que si on l'observe plus de trois putain de minutes. Je ne l'ai pas trouvée, malheureusement, peut être aussi à cause de cette fatigue intenable. Et je n'ai pas eu le courage de m'occuper de l'affaire tout seul. Certes, la lettre désignait des coupables, très hauts placés dans la société. Il ne fallait pas faire confiance à n'importe qui, comme ça. Mais il fallait que j'ai d'autres opinions sous la main, d'autres points de vue qui me permettrait de mieux identifier l'inconnu qui avait envoyé la lettre, ainsi que les éventuels soupçonnés accusés comme coupables. Déjà, d'où vient la lettre, je ne sais pas. Qui me l'a donnée? Je ne sais plus bien, si, une secrétaire chargée d'un autre collègue qui aurait eu l'audace de me désigner chef de l'affaire. Une affaire qui me semblait être autant une réponse qu'un gros trou creusé. Et j'y plongeais en plein dedans, dans ce cas. Détruire la confiance entre ceux qui s'occupaient de la ville, quelle affreuse bonne idée.

    C'est Grace Durless que j'ai appelé au secours, presque. Elle seulement, parce qu'au final, même chez la police est mise en place une hiérarchie de chouchou, du moins en ce qui me concerne. C'est elle que j'ai décidé de faire venir parce qu'elle me semblait plus adaptée pour réfléchir, que je ne dirais pas à ma place. Une femme digne de confiance, bien que peut être trop effacée, discrète. Mais elle a, selon moi, un bon équilibre mental pour pouvoir combler mes besoins de mains. C'est donc à elle à qui j'ai pensé en premier – aussi pour moi, aussi pour elle. Elle n'est que seulement en dessous de l'échelle sur laquelle on nous grade. Pratiquement une collègue pour moi malgré son jeune âge, je me laisse emporter par la confiance que j'ai en elle. Difficile à dire si cette confiance se porte équilibrée, si elle est réciproque. Mais il est dit que je m'entends bien avec elle – j'imagine.

    Puis Vinnie, un certain Vinnie Silencio. Un sous-lieutenant, il me semble. Au hasard. Parce qu'il fallait au moins deux points de vue différent pour comparer aux miennes. Un sous-lieutenant qui ne va peut être pas comprendre grand chose de ce que je vais raconter. Bien que je suis conscient qu'il ne soit pas un novice, je juge son expérience moins importante que celle de Grace, par exemple. En fin de compte, il est vrai que je ne connais pas personnellement ce fameux Vinnie, mais je pense que ça peut lui faire une bonne expérience, aussi une intégration plus avancée chez les supérieurs des forces de l'ordre. Il est peut-être doté d'un pouvoir de l'analyse stupéfiant, alors il serait bien, ou pas.

    C'est dans une petite salle de réunion que je les ai appelé, pas personnellement. Il fallait qu'on discute de la question.

      « Grace, et Vinnie. Vous vous connaissez sûrement, on va s'épargner de présentations inutiles. »


    Pause.

      « Je vous fais un topo de l'affaire. Imaginez-vous ceci. Un homme qui a grimpé jusqu'à un très haut poste dans la société, il a consacré des années – presque toute sa vie à rester dans le milieu. Il est plutôt réputé pour être l'homme de la situation, il a fournit des efforts presque surhumaines pour se faire reconnaître. C'est un homme intelligent. Alors, cet homme intelligent, se fait accuser de manière anonyme. Cet anonyme étant un inconnu ennemi comme un allié – on en sait pas plus. »


    J'ai exposé le soucis, assez clairement, mais plutôt de manière flou. Je ne suis pas clair sur les noms, c'est intentionnel, je leur dirais peut être après. Si ce qu'ils en pensent me paraient réfléchis. Même si j'ai tout de même confiance en leur fermeture de gueule professionnelle. C'est peut être moi, qui n'a pas assez confiance en moi. Bref, je reprends, debout devant ceux assis à la manière d'un prof, sans trop de charisme quand je parle, sans trop de classe quand je fais des pas nerveux devant le tableau mobile derrière moi.

      « Où je veux en venir ? J'aimerais que vous m'apportiez vos points de vue respectifs par rapport à ce que je viens de vous raconter. S'il serait bien de poursuivre une enquête, s'il serait mieux d'attendre un peu, bref, dans ces aspects là. Si bien entendu, ça ne vous embête pas de laisser de côté un petit peu vos boulots. »


    Fin du boulot. Et je m'assois, en face d'eux.
    Et avant tout, je suis fatigué.


Spoiler:
 
Ce post a été écrit dans le sujet « L8R A699F » le Jeu 11 Oct - 22:18.


IDENTITÀ

Masculin
MESSAGES : 11
P.A : 15

FEAT : Munakata Reishi - K-Project
METIER : Lieutenant des Forces de l'ordre
Ϟ Carabinieri


avatar

Le contacter?

Voir le profil de l'utilisateur



Qui avait osé le déranger ? Il avait une affaire bien plus importante à résoudre ! Nom de... et puis zut, c'était un de ses supérieurs. Et il n'avait pas dégner venir le chercher en personne. On disait bien des choses au sujet de ce "Popeye Zampano". Un peu distant, efficace. Vinnie venait de lui trouver un truc en plus.
Sale con.
Il est entré dans la petite salle de réunion en même temps que sa collègue, Grace... Durless ? Un truc dans le genre. Peu importais. Popeye leur exposa la situation.

- Je peux voir ce fameux bout de papier ?

Mais il refusa. "Un homme jusqu'à un très haut poste de la société", c'était un peu vague...
Bah, au moins ça aurait la qualité de l'occuper un peu. L'autre affaire commençait un peu à s'enliser...

Bizarement, il se retourna vers sa collègue. Grace... machin... Il s'en fichait de toute façon. En quoi serait elle différente des autres ?
Eh bien bizarement, oui. Quelque chose. Imperceptible, mais quelque chose...

Puis il se reconcentra sur l'affaire.

- Impossible de savoir ce qu'il dit ? De quoi est-il seulement accusé ?

Et il attendit la réponse, les yeux toujours rivés sur Grace...
Ce post a été écrit dans le sujet « Re: L8R A699F » le Ven 12 Oct - 11:18.



Page 1 sur 1 ? ?

L8R A699F


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DARK WOOD CIRCUS; :: VENISE :: Centre ville-